Dans notre cimetière

Un petit cimetière rural comme la France en possède des milliers, à l’extérieur du village. Et pourtant deux gravures attirent le regard :

Une tortue

L’énigmatique mention

Voir l'image en grand

Voir l'image en grand « mère et épouse héroïque »
sur la tombe d'une jeune fille ce genre d'épitaphe dont on n'à pas la clé laisse échapper l'imagination...

A l’intérieur du cimetière, la découverte d’une pompe extravagante

Voir l'image en grandQuelques recherches sur le web pour y apprendre : Qu’elle a été créée au Mans en 1919 par Henri LEGOU. La même année, il fonde les établissements Dragor et Alma (Dragor : pompe à godets & Alma : pompe à air comprimé) Ce mécanisme original est reconnaissable à sa tête de lion, qui orne le dégorgeoir et permet d’atteindre la nappe phréatique plus profondément que les pompes classiques (20 mètres et plus). Le système de manivelle a bien été pensé car il permet à un enfant de pomper sans effort alors que les pompes à bras demandaient une certaine force physique. La tête du lion servait aussi à poser le seau durant le pompage afin d’éviter des éclaboussures !

SYSTÈME

Voir l'image en grand

Le mécanisme consiste en la rotation d'une chaîne sans fin munie régulièrement de petits caoutchoucs faisant piston dans un tube qui fait ainsi remonter l'eau par aspiration.
Contrairement à une croyance bien ancrée, ce type de pompe est dit à chapelet et non à godets.
Le système de manivelle (avec peut-être une roue complémentaire à l'opposé) est assez judicieux et évolué pour permettre à un enfant de pomper sans se faire mal, contrairement aux pompes à bras où de plus une certaine force physique était requise. La tête du "monstre" permettait aussi d'accrocher un seau durant le pompage, évitant peut-être d'éventuelles éclaboussures.

Voir l'image en grand

Affiche de l’époque, modèle N° 22 (le plus fréquent)

Dernière mise à jour le 06/01/2019